Menu

Smic 2018 : Combien allez-vous vraiment gagner ?

SMIC en France

Date de publication : 12 janvier 2018 / Catégorie(s) : Réglementation

Comme tous les ans au 1er janvier, le ministère du Travail a annoncé une revalorisation du Smic. Pour 2018, elle est de 1,24 %. Mais entre la hausse de la CSG et les exonérations de cotisations chômage et maladie, combien allez-vous réellement percevoir au final sur votre salaire brut et sur votre salaire net ?

Smic 2018 : une réévaluation, mais pas de « coup de pouce »

Le ministère du Travail a annoncé en fin d’année dernière une réévaluation de 1,24% du Smic (salaire minimum interprofessionnel de croissance), sans « coup de pouce » supplémentaire. Une annonce qui impacte les salaires de 10% à 12% des actifs en France métropolitaine et d’Outre-mer.

Smic 2018 brut horaire, journalier, mensuel et annuel

La hausse annoncée de 1,24% se traduit en pratique par :

  • Smic horaire brut 2018 : 9,88 € brut (9,76 € en 2017) ;
  • Smic journalier 2018 : sur la base de 7 heures de travail, il est de 69,16 € brut
  • Smic mensuel brut pour un 35 heures (temps plein) : 1498,50 € contre 1480,30 € l’an passé ;
  • Smic annuel 2018 pour un temps plein (35 heures) : 17981,60 euros brut.

Salaire net : quelle augmentation en 2018 ?

La revalorisation annuelle du Smic de 1,24% prend effet à compter 1er janvier 2018. Cela correspond à une rémunération supplémentaire de 18 euros brut pas mois, soit 216 euros annuel brut. Cette augmentation du salaire brut impacte nécessairement à la hausse le salaire net, c’est-à-dire ce que votre employeur vous reverse réellement une fois les charges et cotisations sociales déduites.

La bonne nouvelle pour 2018, c’est que les salariés percevront un Smic net dont la hausse est plus importante que celle du brut, en raison des exonérations de cotisations chômage et maladie votées dans le cadre du projet de loi de Financement de la sécurité sociale pour 2018.
Ces exonérations interviendront en deux temps :

  • au 1er janvier 2018 : baisse de 2,2% partiellement amputée par la hausse de 1,7% de la CSG (Contribution sociale généralisée) ;
  • au 1er octobre 2018 : baisse de 0,95%.

Selon les calculs du ministère du Travail, une personne travaillant à temps complet au Smic verra donc son salaire net mensuel pour 2018 augmenter de 20 euros net au 1er janvier 2018 et 35 euros net au 1er octobre 2018, soit 285 euros net supplémentaires pour l’année.
A noter que tous les employés, peu importe leur rémunération, sont concernés par ces exonérations de cotisations chômage et maladie.

La hausse du Smic remise en cause ?

Succédant au salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG), le Smic a pour objectif de garantir une rémunération plancher de tout actif en France. Son montant est indexé depuis 1970 au moins une fois par an en fonction de l’indice des prix à la consommation qui reflète donc l’inflation. La revalorisation du Smic est donc un mécanisme totalement automatique qui permet de garantir le pouvoir d’achat des salariés.

« Coup de pouce » au Smic, qu’est-ce ?

Le gouvernement français peut très bien à tout moment décider d’un « coup de pouce », c’est-à-dire d’une augmentation du Smic allant au-delà de la revalorisation automatique et des préconisations des experts.

La dernière revalorisation de ce type remonte au 1er juillet 2012, juste après la victoire de François Hollande face à Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle. Elle est alors de 2% au lieu du 1,4% préconisé.

Désindexation du Smic ?

Fin de l’année 2017, le groupe d’experts en charge de donner un avis au gouvernement quant à la revalorisation du salaire minimum a suggéré l’idée d’une désindexation du celui-ci. En effet, la revalorisation automatique légale du Smic est jugée par certains comme un frein à l’économie française en raison du coût trop élevé des salariés sur le sol tricolore.

L’idée d’une telle éventuelle désindexation du salaire minimum, et donc d’une remise à plat des règles de revalorisation automatique, a été écartée par le gouvernement. Toutefois, il n’en est pas de même quant à une éventuelle réforme du Smic.

Sur le même sujet

risus. accumsan porta. sem, ut libero dolor. mattis leo.