Menu

Conducteur d’engins TP (h/f)

Conducteur d'engins sur chantier

Description du métier de conducteur d’engins

Le conducteur ou la conductrice d’engins de chantier effectue différents types de travaux sur des chantiers à l’aide d’engins sur roues ou sur chenilles correspondant au travail à réaliser. Il conduit des engins pour effectuer des creusements, du déblaiement, du terrassement, de l’excavation, du nivellement, du compactage mais aussi des déplacements de matériaux, des démolitions ou de l’exploitation de carrières. Il peut intervenir pour la construction et /ou l’entretien de la chaussée pour le répandage ou le finissage.

Selon la nature du chantier le conducteur d’engins peut diriger différents engins ou être spécialisé sur un type particulier (bulldozer, bouteur, dragline, chargeuse, pelleteuse, grue automotrice, grue mobile, tractopelle, etc.). Parfois le conducteur d’engins prendra en charge l’acheminement de son engin sur le chantier, en utilisant un véhicule porteur (ou porte-engin). Le conducteur d’engins assure l’entretien courant de son engin (graissage, vidange…) et les petites réparations.

Avec souvent plusieurs corps de métiers (tunnelier, coffreur, architecte…) intervenant sur un chantier, le conducteur d’engins est souvent amené à travailler en équipe. Il travaille sous la direction d’un chef d’équipe ou d’un chef de chantier ou d’un conducteur de travaux.

Appellations

  • Conducteur d’engins
  • Conducteur de d’engins de chantier
  • Conducteur d’engins de terrassement
  • Conducteur du BTP
  • Conducteur du génie civil
  • Conducteur de l’exploitation des carrières
  • Conducteur de bulldozers, de bouteurs, de niveleuses, de pelleteuses, de pelles…

Les différentes compétences ou spécialités du conducteur d’engins

métier de conducteur d'engins

Conducteur d’engins sur un chantier

Le conducteur d’engins doit être capable de conduire et de connaitre les possibilités des engins qu’il utilise sur les différents terrains et en toutes circonstances. Il doit manœuvrer son engin avec à la fois beaucoup de précision et de souplesse. Il doit toujours être vigilants à ses gestes et postures.

Étant amené à travailler sur des chantiers où évoluent des hommes, d’autres engins et matériels, cet ouvrier qualifié doit être capable d’effectuer des manipulations à risques et de réagir rapidement face à des événements soudains et/ou imprévus. Il doit posséder de bons réflexes, du sang froid et beaucoup d’attention pour éviter les accidents. C’est à un métier à responsabilité où l’intégrité des autres ouvriers et intervenants du chanter sont en jeu.

 Le conducteur d’engins doit avoir des notions de mécaniques lui permettant d’effectuer l’entretien courant des engins (vidange, graissage…) et les petites réparations. Il utilise le manuel d’entretien et les outils d’entretien. Il signale les anomalies.

Des notions de topographie sont nécessaires pour la réalisation de certains travaux. Le conducteur d’engins doit être capable de lire et d’interpréter des plans d’exécution.

Circonstances et lieux de travail du conducteur d’engins

Le travail s’effectue en extérieur à ciel ouvert. Le conducteur d’engins est donc soumis aux conditions climatiques (froid, pluie, neige…). Il travaille sur les chantiers du bâtiment, des travaux publics, du génie civil et des carrières et peut être confronté au bruit, à la poussière, à la boue, aux ornières… 

Selon le lieu et la durée du chantier, les déplacements peuvent être fréquents et longs. Le travail s’effectuer en semaine, le week-end et/ou de nuit.

Outillages et matériaux utilisés

Le conducteur d’engins peut travailler sur différents types d’engins de chantier : bulldozer, tractopelle, pelle mécanique, pelle hydraulique, niveleuse, chargeuse, décapeuse, trancheuse, défonceuse, ensileuse, dumper (ou tombereau), rouleau compresseur, malaxeur, rétrocaveuse, excavatrice, brise roche hydraulique, camion benne… Parmi les marques les plus connues de machineries que le conducteur peut être amené à manœuvrer : Liebherr, New Holland, Caterpillar, Volvo, Komatsu, Terex, Bomag, John Deere, etc.

Il utilise les outils d’entretien liés à l’entretien des engins.

Sécurité exigée et maîtrise parfaite des engins

Pour conduire des engins, le conducteur doit avoir la maîtrise parfaite de son engin et respecter les règles de sécurité liées à l’utilisation de son engin.

Tractopelle sur chantier

Tractopelle sur chantier

Formation professionnelle pour devenir conducteur d’engins

Pour devenir conducteur d’engins un diplôme de niveau V ( CAP/BEP), spécifique à la branche, peut être requis :

  • CAP conducteur d’engins de travaux publics et carrières,
  • CAP maintenance des matériels, option matériels de travaux publics et de manutention, BP conducteur d’engins : travaux publics et carrières,
  • Bac pro travaux publics,
  • Bac pro maintenance des matériels, option travaux publics et manutention. 

La qualification pour ce métier peut aussi se faire par la formation continue. Si le conducteur d’engins achemine lui-même les engins sur le chantier il doit être titulaire du permis C.

Le métier est de plus en plus spécialisé et les conducteurs d’engins ne sont pas nécessairement polyvalents. Les qualifications, compétences et expériences peuvent donc varier selon les engins utilisés. Le conducteur d’engins de TP peut acquérir une formation spécifique à tel ou tel engin suivant sa spécificité.

Les conducteurs d’engins, intervenant pour l’exploitation des carrières, peuvent avoir des connaissances des techniques d’extraction et des structures des gisements, ce qui est un plus.

Salaire du conducteur d’engins et les évolutions du métier

Un conducteur d’engin débutant est engagé à environ 1 600 € brut par mois, hors primes ou gratifications éventuelles.

Les formations CACES TP (Travaux Publics) – Recommandation R372M : Il existe 10 catégories de CACES TP valables 10 ans

  • Catégorie 1 – Tracteurs et petits engins de chantier mobiles : Tracteurs agricoles < 50CV, mini-pelle jusqu’à 6 tonnes, mini-chargeuse jusqu’à 4,5 tonnes, moto-basculeur jusqu’à 4,5 tonnes, petit compacteur, machine à peintre les lignes sur les chaussées…
  • Catégorie 2 – Engins d’extraction et (ou) de chargement  à déplacement séquentiel : Pelles, engins de fondation spéciales, de forage, de travaux souterrains… > 6 tonnes.
  • Catégorie 3 – Engins d’extraction à déplacement alternatif : bouteur, tracteur à chenille, pipe layer…
  • Catégorie 4 – Engins de chargement à déplacement alternatif : chargeuse, chargeuse-pelleteuse….
  • Catégorie 5 – Engins de finition à déplacement lent : finisseur, machine à coffrage glissant, répandeur de chaux, gravillonneur auto-moteur, pulvimixeur, fraiseuse….
  • Catégorie 6 – Engins de réglage à déplacement alternatif : niveleuse
  • Catégorie 7 – Engins de compactage à déplacement alternatif  (compacteur…)
  • Catégorie 8 – Engins de transport ou d’extraction-transport : tombereau, décapeuse, tracteur agricole supérieur à 50 ch…..
  • Catégorie 9 – Engins de manutention : chariot-élévateur de chantier ou tout terrain
  • Catégorie 10 – CACES hors production : Avec une formation CACES n°10 il est possible de déplacer, de monter et de descendre d’un porte-engins, tout type d’engins. Ce CACES est nécessaire aux livreurs, démonstrateurs et réparateurs d’engins.

Il n’y a aucune équivalence entre les catégories.